letras.top
a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 #

letra de joker - euphonik

Loading...

[paroles de : “joker”]

[couplet unique]
qu’est-ce que tu regardes ?
t’as jamais vu un clown ? riez
si je m’écroule, priez
si j’me défoule, fuyez

les plus nerveux sont bien souvent trop calme, l’éclipse est totale
je vois tout en noir dans mon cœur c’est gotham
depuis gamin on a connu l’échec, on a plus rien à perdre
vu que ce monde nous rejette, nous traite comme de la merde
tu voulais qu’on flirte mais mon cœur est malade
soit je commets des meurtres soit j’écris des ballades
y avait personne à part elle qui me parlait, qui me parlait
ma copine est folle elle s’appelle queen harley, queen harley

on n’est pas les même non, on n’est pas les même
on n’est pas les même non, on n’est pas les même

je sais plus où j’en suis dans cette réalité
plus proche de la folie que de la normalité
allez garde ta morale quand tu parles ça me rend dingue dingue dingue
mes rimes deviennent des balles qui font bang bang bang

je t’ai tant aimé j’en ai oublié de vivre
j’ai tout tenté mais rien a comblé le vide
étrange comme le temps nous prend tout et s’enfuit
on devient fou comme un fou qui se fout bien des psys

j’suis pourtant pas méchant mais j’ai l’amour au bout d’un mac ten
vu que j’ai connu des gens qui n’en valaient pas la peine
j’rappe dans la nuit, frappe dans le vide, j’craque dans la nuit
j’ride dans la ville, marre de me dire que

j’ai l’ombre d’une croix, un bon nombre d’entailles
j’ai trop ouvert mes bras comme un épouvantail
là c’est la der’, qui veut la guerre ?
du sang et des larmes y a que ça pour leur plaire
je fais ce que j’veux, je sais que ça les dérange
t’es plus dans le réel, ouvre les yeux
feu, t’as jamais vu brûler un ange ?

le malheur porte un masque, on sourit étrangement
il nous colle aux basques mais on fuit le changement
tu ferais mieux de t’inquiéter pour ta santé mentale
vu qu’on est tous le fruit d’une société bancale

j’irai là où personne ne m’attend, croire en ses rêves
longue est l’attente, on a tout fait comme si on avait eu un gun sur la tempe
ouais, avec le cœur sinon quoi d’autre ?

j’avance dans le chaos, je me sens à l’aise
suis moi et regarde, la prod est balaise
j’suis tellement haut, j’vois même plus les falaises

dans le chant des sirènes, la lumière des giros
les méchants qui règnent sont des gentils héros
de l’eau saveur plastique dans des humains poubelles
la planète est sauvée vu qu’on s’est sauvé d’elle

c’est beau le progrès y a plus rien qui l’arrête
des guerres et des conquêtes pour des exoplanètes
année 84, an 3000, peut être plus
ici les plus serviles s’injectent des nanos puces
la poignée qui résiste, ça fait rire les réseaux
vu que l’ordre établi aura toujours raison
réfléchir est un luxe qu’on te permettra pas
tu peux dormir en paix, on a pensé pour toi

qu’est-ce que tu regardes?
t’as jamais vu un clown ? riez
si je m’écroule, priez
si j’me défoule, fuyez

les plus nerveux sont bien souvent trop calmes, l’eclipse est totale
je vois tout en noir dans mon cœur c’est gotham

on déambule dans un sacré merdier
comme des funambules on avance on recule
au final on perd pied

c’est ni l’argent ni la fame qui te rendra heureux
ça t’aidera un peu à combler le temps qui passe
t’auras toujours ce creux, le sang qui se glace
t’es au milieu de ceux qui cherchent une place

t’es toujours aussi seul noyé dans la masse
tu sentiras le feu des amours qui se cassent
la main de dieu, l’éternelle impasse
elle se brisera un peu ta carapace

tu feras de ton mieux tu seras lasse
tu seras vieux quoi que t’y fasses
le temps est un pieu qui nous terrasse

tu me verras au milieu de la foule
quoi, t’a jamais vu un clown ?