letras.top
a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 #

letra de 1,2,3,4 – elisa tovati

Loading...

paroles de la chanson 1,2,3,4 par elisa tovati
d’abord on se rencontre on ne s’y attendait pas
il avait l’air un peu b-n-l il était -ssit là
moi j’avais l’air de rien en buvant mon coca
il s’est approché il m’a dit « salut ça va ? «
the first messages the first rendez-vous
buck your best, be on time and ??? this full
don’t talk about your exes (you better not)
be cool make her laugh you know blablabla
se raconter nos vie et puis boire un peu trop
avoir le yeux qui brille et le trouver si beau
and now for a million feelings but its all deja-vu
c’est fou ce qu’ils se ressemblent tous ces debuts

and it goes 1, 2, 3, 4
you come you go you say it’s best
now just my body you undress
one two a one and one is left
et c’est toujours la même histoire
les mots d’amour et les promesses
les billets doux les nuits d’ivresse
nos corps et nos bouches qui se cherchent
et c’est toujours la même histoire

on va au théâtre, au ciné, on s’fait des week ends à vélo
on a mis l’truc à s’raconter on s’marre comme des ados
and i hang on every words i feel you feeling me
i love your mom, your sister, your cat, your click

ensuite c’est les projets on parle d’avenir
on dit plus je on dit c’est con mais ça fait plaisir
now we do couple things and talk about only a couple things
the wether, our jobs and may be buy a couple rings
on part en vacance en island, en italie, au canada
y’a un truc qui change mais je sais pas vraiment quoi
ce matin pour la première fois on avait rien à se dire
et ta coupe mon dieu c’est de pire en pire

après ça fait 1, 2, 3, 4
you come you go you say it’s best
now just my body you undress

one two a one and one is left
et c’est toujours la même histoire
les mots d’amour et les promesses
les billets doux les nuits d’ivresse
nos corps et nos bouches qui se cherchent
et c’est toujours la même histoire

tu vois depuis toujours on s’aime comme ça
??? l’amour, ça s’enlève ça s’en va
ça fait des mois qu’il s’p-sse plus rien et je doute de nous
peut être que tu vois quelqu’un je sais pas et j’m’en fous
rendez-vous demain 17h café madame faut qu’on parle
et j’t’en pris pas de larmes et pas de mélodrames
les visages ont pâlies l’air est électrique

même les choses ont compris qu’entre nous y’avait plus rien d’magique
tu fais des ronds avec ta clope putain ce que tu es beau quand tu pleure
je sais pas trop ou on va, faut qu’on se quitte c’est mieux comme ça
tu pars, tu reviens, tu me laisse, tu veux je ne sais plus, tu me blesse
et quand l’un part l’autre reste et c’est toujours la même histoire

les mots d’amour et les promesses
les billets doux les nuits d’ivresse
nos corps et nos bouches qui se cherchent
et c’est toujours la même histoire