letra de o.p.i.2.flics – tout simplement noir

à bas l’état policier
à bas l’état policier
à bas l’état policier

[couplet 1]
bombardement de mots expressifs dans une colère agressive
abusive, je vise le point le plus sensible
intensive est la menace qui m’agace et me fâche
donc sache, que sur la police, je crache
je n’ai rien à me reprocher, mais je me sens toujours coupable
face à elle qui me cherche sans arrêt
à toute heure des contrôles d’ident*té qui ne riment à rien
enfin pour elle si, faire chier un nègre ou un maghrébin
eh toi, t’as tes papiers ?
phrase typique de ces keufs cons
que si tu leurs réponds “non”, ce qu’ils veulent de toi ils font
ils te bloquent, te mettent les menottes
puis t’emmènent au poste, sous l’choc tu ripostes
c’est leur colt qui t’parle

[pont]
stop il faut que cela stop
stop il faut que cela stop

[couplet 2]
dans un pays qui se dit libre et pays des droits de l’homme
comment se fait-il que le délit de sale gueule fonctionne ?
la réponse est que les flics ont tous les droits
l’état les approuvent, les couvent, dans n’importe quel cas
ouais, c’est un pays de flics
même si tu prends le métro tu risques de tomber sur les robocop du tro-m’
alors profite, car s’ils t’attrapent, dans leurs locaux ils te savatent
la matraque à la main, dans ta face, ils tapent, ils tapent
je me demande, qui ils défendent ?
ce serait plutôt des gangs, qui formeraient à eux tous une bande
de plus, il me semble que si j’*ssemble toute cette clique
j’ai comme l’impression de vivre dans un putain de pays de flics

[refrain] (x4)
on vit où ?
dans un pays de flics !
on vit où ?
dans un putain de pays de flics !

où ça ?
dans un putain de pays de flics !

[couplet 3]
débordement de haine
si c’est dans une ambiance oppressive, explosive
je sens venir la [?] défensive
au détriment de ces flics qui nous butent, donc je lutte
contre tous ces fils de putes
je n’ai jamais pu accepter la moindre injustice
de la part de cette police, soi-disant protectrice
non, je ne peux pas, c’est plus fort que moi
jamais je n’aurai confiance en ces gens là
pour un rien ils s’emportent et haussent le ton
sachant de toutes façons qu’ils auront toujours raison
ce sont des hommes de loi, protégés par l’état
ils vont même jusqu’à parfois t’abattre de sang froid
et tu n’as qu’un seul droit, celui de te taire
et d’accepter ces méfaits qui un jour pourront te coûter cher
je confirme tout ce que je dis, car tous les jours je le vis
cette haine constante qui règne, fait que je me méfie
de leurs actions qu’on ne peut qualifier de pacifistes
le fascisme s’élève dans tous leurs actes racistes
que faire ?
personnellement je garde les yeux bien ouverts
pour ne pas me per-cho dans l’dos une balle de revolver
ma couleur de peau, attire la lice-po
manque de pot, je ne me laisserai faire par ces salauds
mots à mots je crie bien fort devant la république
que j’en ai *ssez de vivre dans un putain de pays de flics

[refrain] (x4)
on vit où ?
dans un pays de flics !
on vit où ?
dans un putain de pays de flics !

où ça ?
dans un putain de pays de flics !

[couplet 4]
jamais tranquille le soir
à chaque instant ils peuvent sortir de leurs voitures
ils éteignent les phares et commencent la torture
oh, pour certains cela peut paraître grotesque
mais pour les autres qui se sont déjà plusieurs fois fait rre-se
connaissent la brutalité des keufs qui soit disant la nuit inspectent
inspectent quoi ? inspecte qui ? inspecte mes sseufs !
ils sont affamés à l’idée de trouver une nouvelle proie
dès qu’ils la trouve ils se défoulent sur elle
s’en donnent à cœur-joie
ils sont payés à rien faire, à part faire chier le monde
leur seule puissance, leur seul pouvoir se fondent
à partir d’un uniforme qui leurs donnent sûrement l’impression d’être des sur-hommes
mais qui aillent tous se faire sodom’
franchement a-t-on vraiment besoin d’eux ?
jamais là quand il le faut, pour les agressions, les coups d’feux
ils arrivent quand tout est terminé
s’en prennent à ceux qui n’ont rien à voir, qui n’ont rien fait !
alors est-ce normal que l’on donne notre fric
pour prendre le risque d’être la cible d’un putain de, putain de, putain de pays de flics ?

- letras de tout simplement noir