letra de delanemo – tout simplement noir

paname, ouvre toi

[couplet 1 : parano refré]
ma journée commence dans les environs de dix heures
j’me lève, premier reflex, j’interroge mon répondeur
(c’est le week-end)
ce soir j’ai bien envie de faire la bringue
mais toutes mes affaires sont que-n’
faut qu’j’aille chercher des fringues
après mes préparatifs, j’enchaîne un bon spliff
p*sse chez le coiffeur, vite fait, pour m’faire couper les tifs
les nerfs à vif, prend un fé-ca
constate avec effroi, [?] on est qu’le tin-ma
la saga continue dès qu’j’déboule sur les boulevards
qu’est-ce que j’vais pouvoir m’acheter ? surtout pas des costards
j’suis bien un pique-ty, mais pas des tropiques, j’viens de paname
et quand j’me sape frère, j’vise que dans l’haut de gamme
commence par la dernière paire de nike et termine chez versace
ah qu’ça fait mal quand j’vois l’état d’ma li*sse
mais pas d’place aux remords
aujourd’hui encore j’vais faire péter l’score
j’en suis déjà à deux milles francs, faut pas qu’j’oublie que ce soir je sors
j’me dirige, [?] me pointe devant pizza hut
il est huit heure quand j’p*sse voir un gars qui m’dois d’la ne-th’
bon ma journée s’est bien p*ssée j’ai pas vu d’kisdés
place à la soirée, car ce soir j’fais la te-fê
merde, j’ai oublié le taco, le park’ qui taxe à gogo et pour la ‘t*sse de la soirée, le tel-ho
oh c’est chaud pour mon seille-o
y’a qu’un moyen d’*ssouvir tous mes désirs
j’dois faire de la nnaie-mo

[refrain] (x2)
tout le monde veut la même chose
du seille-o
tout le monde veut la même chose
du gent-ar
tout le monde veut la même chose
en un mot, de la monnaie, de la monnaie, de la nnaie-mo

[couplet 2 : mc bees]
l’argent appel l’argent
c’est pas moi qui le dit, mais j’suis d’accord à 100%
si m’faut de l’oseille, c’est bien parce que y’a qu’ça qui m’botte
j’en ai autant besoin qu’un toxico qui prend sa c*ke
chaque jour que dieu fait, j’renfloue mes caisses
je joue où j’peux, dans le moindre cas je m’engraisse
dès que j’entends le bruit de la nnaie-mo, j’arrive comme un rapace
et quand j’estime que j’ai fait mon boulot, j’prends même le billet qui dép*sse
j’ai l’sens des affaires, plus barre de fer qu’un feu-j de sentier
dit toi si j’peux te carotter, j’te bouffe tout entier
on dit que pet*t à pet*t à pet*t, l’oiseau fait son nid
pendant ce temps mc bees c’est siness-bu
j’ai une mentalité pourrie qui reflète bien notre époque
chacun pour sa gueule et quant aux autres, mec j’m’en moque
on dirait que t’as du mal à me capter toi qui est né dans la caill*sse
tu joues les vres-pau alors qu’t’es blindé aux as
quand j’aurai pris ta place tu comprendras mieux mes idéaux
et ce sera enfin à mon tour de t’regarder de haut
(tu sais) j’veux plus prendre le métro, j’veux rouler en merco’
a pardonner mes [?] tout pour le seille-o

[refrain] (x2)
tout le monde veut la même chose
du seille-o
tout le monde veut la même chose
du gent-ar
tout le monde veut la même chose
en un mot, de la monnaie, de la monnaie, de la nnaie-mo

[pont]
eh monnaie, monnaie
eh monnaie, monnaie, monnaie, monnaie
(eh monnaie, monnaie
eh monnaie, monnaie, monnaie, monnaie)

[couplet 3 : j’l’tismé]
il me faut faire du seille-o, beaucoup d’seille-o, pour être bien sé-po
pouvoir arroser tout l’monde, même ces enculés des impôts
j’veux être bien dans ma tête, bien dans mon carnet d’chèques
faire tout ce dont j’ai envie avec l’argent tout s’achète
quand j’étais plus jeune j’vivais dans la sère-mi
mes parents n’avaient pas d’thunes mais j’leur grattais sans tié-pi
et quand ils me disaient “non c’est pas possible”
j’boudais dans un coin
j’étais trop vex’ quand je pensais à tous les jouets qu’avaient mes copains
en grandissant j’ai compris qu’il fallait parfois prendre sans demander
mieux vaut savoir ler-vo que de quémander
mais bon c’n’est pas non plus une voie sûre
j’me suis dit : “*ssure, si tu veux kiffer va falloir qu’tu bosses dur”
j’ai fait des sacrifices, j’me suis investi à ond-f
comme un acharné j’ai travaillé l’on-s
aujourd’hui ça paye, tes contrats [?] j’les raye
si tu veux qu'[?] une [?] mec, lâche l’oseille

[refrain] (x3)
tout le monde veut la même chose
du seille-o
tout le monde veut la même chose
du gent-ar
tout le monde veut la même chose
en un mot, de la monnaie, de la monnaie, de la nnaie-mo

- letras de tout simplement noir